Sevrer mon bébé : quand et comment le faire ?

0 20

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande un allaitement exclusif pendant six mois, pour la bonne santé de chaque bébé, d’ailleurs il n’y a pas mieux de l’allaiter le plus longtemps possible, parce que le lait maternel n’est pas juste un aliment, mais aussi une source de composants stimulant l’immunité de votre bébé, et un moyen naturel qui le réconfort s’il est inquiet ou fatigué.

Mais une fois votre décision de mettre fin à l’allaitement est prise, donnez-vous le temps qu’il faut pour vivre cette transition inévitable de façon harmonieuse, demeurez flexible et procédez par un processus graduel pour bien réussir ce sevrage. Cet article vous présente quand peut-on penser à un sevrage ? En vous donnant quelques indications et astuces à suivre pour le faire d’une façon plus simple, comme ça vous pouvez passer de l’allaitement maternel au biberon ou à une alimentation diversifiée tranquillement.

Une petite définition de sevrage

Étymologiquement, le mot vient du vieux français “sèvrement”, provenant lui-même du latin “separare” qui signifie “séparer”. Dans la littérature sur l’allaitement, on définit le sevrage comme le passage d’une forme d’alimentation à une autre, en arrêtant totalement ou en partie l’allaitement maternel, pour donner au nourrisson un lait infantile, ou pour commencer progressivement à lui proposer d’autres aliments que le lait, donc le bébé va passer du sein au biberon, ou à une alimentation diversifiée, en fonction de son âge.

C’est une étape naturelle du développement du bébé, qui a un impact physiologique et psychologique sur lui-même et sa maman. Le sevrage est accompagné des émotions contradictoires, vous pouvez être heureuse de la nouvelle autonomie dont vous et votre bébé profitez, mais ressentir une certaine tristesse et peur de couper un lien fort avec lui, comme même les meilleures choses ont une fin, si vous décidez de lui sevrer, renseignez-vous bien avant de se lancez, afin de bien réussir le déroulement de cette phase.

Quand peut-on sevrer mon bébé ?

Il n’y a pas vraiment de moment idéal ou d’âge recommandé pour commencer le sevrage du bébé, les opinions des spécialistes à ce sujet divergent, mais nombreux sont ceux qui s’accordent pour dire que ça dépend vraiment de la situation personnelle, des envies et des  contraintes de chaque mère et de chaque enfant.

Quand une femme se retrouve enceinte alors qu’elle allaite encore, il est assez fréquent que le bébé allaité se sèvre ou soit sevré à un moment ou un autre de la grossesse, soit parce que la maman ait envie de réduire voire arrêté les tétées, à cause de douleurs des mamelons, sentiment de malaise pendant les tétées… ou encore à cause d’une baisse de la lactation, changement de goût du lait…

D’ailleurs  il n’y a aucun inconvénient qu’une femme enceinte allaite pendant la grossesse voire après la naissance, par contre cela peut avoir des avantages.

D’autres mamans sont amenées à sevrer leur enfant non pas parce qu’elles se retrouvent enceintes, mais parce qu’elles n’arrivent pas à tomber enceintes, des recherches semblent en effet indiquer que certaines femmes, tant qu’elles allaitent et même si elles ovulent, restent infertiles à cause d’un changement hormonal infime imputable à l’allaitement. Dans ce cas, seul un sevrage complet leur permettra de concevoir à nouveau.

Le sevrage peut être un événement brutal, par exemple, en cas de reprise du travail, d’opération chirurgicale ou de maladie de la maman, au cours de laquelle un professionnel de santé l’oblige à sevrer en prétextant que soit la maladie soit son traitement constitue un danger pour le bébé allaité.

Normalement vers l’âge de 6 mois, le bébé aura besoin d’autres aliments que le lait maternel pour répondre à ses besoins nutritionnels, certaines mamans profitent de cette occasion pour faire un sevrage partiel ou total, qui peut être planifié (dirigé par la mère), ou parfois naturel (dirigé par le nourrisson).

Un sevrage total c’est lorsque la maman arrête complètement l’allaitement maternel. Un sevrage partiel consiste à remplacer au moins une tétée par un biberon ou un gobelet, tout en poursuivant l’allaitement le reste du temps. C’est une solution qui peut bien fonctionner si vous reprenez le travail ou les études, et vous désirez continuer d’allaiter.

Le sevrage planifié, ou  dirigé par la maman, c’est lorsque la mère décide d’arrêter l’allaitement avant que son enfant n’indique qu’il est prêt à cesser de téter. Et le sevrage naturel, ou dirigé par le nourrisson, se produit lorsque votre bébé commence à accepter plus d’aliments solides, de diverses textures, pendant que vous continuez de l’allaiter à la demande. Avec ce type d’allaitement, votre bébé peut être sevré à son rythme. En général, les bébés sevrés graduellement abandonnent complètement l’allaitement entre l’âge de 2 et 4 ans.

Quelles modalités suivre pour sevrer mon bébé?

Selon l’âge de l’enfant, les modalités pourront être différentes, mais de toute façon il est préférable de faire cela progressivement, puisque quand l’allaitement se termine, nos seins n’arrêtent pas automatiquement de produire du lait, et notre bébé ne comprend pas toujours ce qui se passe, le fait de procéder graduellement au sevrage sera à la fois plus confortable pour les seins de la maman, et plus satisfaisante psychologiquement pour l’enfant et sa maman, et leur laissant le temps de trouver des substituts non seulement au côté nutritif des tétées, mais aussi à leur côté relationnel, affectif…

Puisqu’il est possible qu’à cause qu’un manque d’information, de conseils mal avisés, ou le faite d’être influencer par les avis de votre entourage ou même des étrangers, le sevrage de votre bébé ne se déroule pas comme prévu, donc mieux se préparer avant de décider, ci-dessous toutes les astuces à suivre pour réussir ce stade.

Diminuez les tétées progressivement

Éliminez une tétée par jour, et attendre trois à quatre jours avant d’effectuer une nouvelle substitution, tout en remplaçant cette tétée éliminée par un biberon de lait infantile, le but c’est d’adapter progressivement vos corps, vos sein vont graduellement diminuer la production de lait, et le bébé aussi va s’habituer doucement au nouveau rythme d’alimentation.

Pour dormir tranquillement, et vos seins ne soient pas trop engorgés la nuit, conservez la tété du soir et celle du matin également, car la lactation étant importante la nuit, ce seront les dernières à être remplacées.

Prévoyez deux à trois semaines

Si vous avez pris la décision de sevrer votre bébé, à cause d’un événement bien précis (opération chirurgicale, planification d’une nouvelle grossesse, reprise de travail ou d’études…), essayez de démarrer le sevrage assez tôt, pour ne pas avoir à gérer les deux actualités en même temps.

Il faut compter une période de deux à trois semaines pour un sevrage confortable et agréable, prenez aussi en considération que si vous avez beaucoup de lait, il vous faudra certainement plus de temps surtout pour un sevrage total.

Changez le contexte des tétées

Raccourcissez la durée des tétées, tout en changeant de place, ne vous installez plus avec lui sur le fauteuil habituel, car l’une des astuces pour sevrer votre bébé, c’est lui mettre dans un contexte différent, de telle façon qu’il ne sente plus la même chaleur qu’il sentait habituellement quand il allaite, essayez de lui donner le sein à un autre endroit que là où vous avez l’habitude de faire, avec une autre position moins rassurante, changez aussi d’habitudes quotidiennes par exemple, ne plus s’asseoir pour téléphoner, si c’est traditionnellement l’occasion pour l’enfant de demander le sein…

Faites de nouveau repas des moments agréables

En général, la tétée représente bien plus qu’un repas pour votre enfant: c’est un moment de contacts intimes et réconfortants que le biberon aura du mal à remplacer, donc une fois vous remplacez le sein par le biberon ou un autre aliment, gardez la même routine, au début il est possible , qu’il aimait moins le gout de son nouveau repas et qu’il mange moins, mais en maintenant la même proximité, la même ambiance et la même affection, en le collant bien contre vous et le cajoler, il devrait s’habituer plus facilement.

N’obligez pas votre bébé à manger

La tétine est très différente du sein de la maman, et il est rare que le premier essai soit concluant, sinon il s’agit d’un coup de chance, ne le grondez jamais s’il refuse de prendre son biberon ou bien le priver de repas. Il est essentiel qu’un bébé se nourrisse et boive son lait à intervalles réguliers, le priver du sein n’est pas une solution.

Essayer de suivre son rythme, et soyez courageuse et persévérante en continuant de proposer le biberon à chaque fois que le bébé manifeste l’envie de téter, pour qu’il s’y habitue plus rapidement, puisque la durée du processus dépend aussi de la volonté de la maman.

Faire intervenir le papa

Les bébés repèrent généralement très bien l’odeur de leur maman et celle du lait maternel, alors il peut arriver qu’il refuse le biberon si c’est sa maman qui le lui donne, dans ce cas, il peut être judicieux que ce soit le papa en priorité qui le propose, mais aussi la nounou ou encore la grand-mère…, sans que la mère ne se trouve à proximité, et ça sera d’ailleurs la meilleure occasion pour découvrir et développer d’autres liens affectifs.

Dégoûtez l’enfant du sein

N’oubliez pas que vous pouvez dégoûter l’enfant du sein, et cela en appliquant un produit sur les mamelons : certaines populations tunisiennes utilisent le suc amer de l’Aloe vera, d’autres peuples, notamment en Amérique latine, utilisent le piment, en France, on a entendu parler de la moutarde pour cet usage. Mais c’est utilisé pour le sevrage total.

Évitez les moments de grand changement

Évitez également de commencer le sevrage lors d’un grand changement dans la vie de bébé comme lors d’un déménagement, d’une modification de garde, d’intégration dans une crèche,  ou quand le bébé est enrhumé ou a une otite, il est nécessaire de ne pas le perturber et d’attendre sa guérison pour ensuite le sevrer tout en douceur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.