Scarlatine : définition, symptômes, contagion, traitement et prévention

0 1

La scarlatine est une maladie éruptive infectieuse rare et bénigne chez l’enfant et qui apparaît le plus souvent sur une infection préexistante. Cette pathologie est associée le plus souvent à une éruption buccale. Le diagnostic est clinique et le traitement repose sur des antibiotiques.

LaMagicMaman fait le point.

La scarlatine, qu’est-ce que c’est ?

La scarlatine, appelée parfois la fièvre écarlate, est une infection bactérienne très contagieuse survenant surtout au cours de l’hiver chez l’enfant scolarisé entre 5 et 10 ans, et rarement chez les adultes. Elle est causée par une bactérie de la famille des  streptocoques qui sécrète des substances toxiques pour l’organisme et qui sont responsables d’une vasodilatation (dilatation des vaisseaux sanguins), d’un œdème cutané (gonflement de la peau) et d’une réaction immunitaire importante (mobilisation forte des globules blancs) qui donne lieu à différents signes cliniques cutanés et buccales.

L’exposition à la scarlatine entraîne une immunisation à vie de l’organisme. Une même personne ne peut donc contracter deux fois la scarlatine au cours de sa vie.

Les symptômes de la scarlatine

La période d’incubation de la scarlatine est courte, entre 2 à 5 jours. Pendant ce temps, le malade ne présente pas de symptômes. Après cette période, les principaux symptômes apparaissent :

  • Fièvre élevée (jusqu’à 40°C) ;
  • Frissons ;
  • Coloration rouge de toute la peau du corps (excepté les paumes des mains et les plantes des pieds). La peau devient sèche, rugueuse, brûlante et couverte de points rouges foncés granuleux au toucher ;
  • Démangeaisons cutanées ;
  • Angine rouge et gorge enflammée entraînant des difficultés à avaler (dysphagie) ;
  • La langue se couvre d’un enduit blanc épais au départ, ensuite la peau se décolle et la couleur de la langue devient rouge framboise en quelques jours;
  • Amygdales tuméfiées et ganglions gonflés au niveau du cou ;

Parfois, d’autres symptômes apparaissent :

  • Des douleurs abdominales ;
  • Des maux de tête ;
  • Des nausées et des vomissements ;
  • Des troubles cardiaques comme l’accélération du rythme cardiaque (tachycardie).

Il se peut que quelques signes cliniques de la maladie décrits ci-dessus ne soient pas présents. En revanche, l’aspect de la gorge et de la langue restent identiques dans toutes les formes de la scarlatine.

Transmission de la scarlatine 

La scarlatine est hautement contagieuse quelques jours avant les symptômes puis jusqu’à environ 21 jours après. Elle se transmet, par l’intermédiaire des gouttelettes de salive en provenance des voies aériennes supérieures, de plusieurs façons :

  • Par voie aérienne (toux, éternuements, postillons projetés en parlant) ;
  • Par contact direct avec une personne contaminée puis en portant ses mains souillées, dans sa bouche ou son nez ;
  • Par contact indirect via des objets ou du linge souillés par les sécrétions nasales d’une personne malade ;
  • Par le biais d’une plaie cutanée (scarlatine chirurgicale) ou par l’ombilic chez le nouveau-né (scarlatine puerpérale).

Les enfants ayant la scarlatine deviennent contagieux à leur tour avant même l’apparition des symptômes, ce qui facilite la transmission de l’infection dans les milieux collectifs et ce qui explique aussi que des épidémies puissent se développer malgré l’isolement des patients.

Le traitement de la scarlatine

La consultation chez un médecin est nécessaire pour prévenir les complications, limiter la propagation de l’infection et réduire la durée et les signes de la maladie ainsi que la contagiosité ;

Le traitement préconisé est basé sur la prise d’antibiotiques, auxquels le streptocoque est sensible. D’autres médicaments pour soulager les symptômes peuvent être prescrits, en particulier du paracétamol pour atténuer la fièvre et les douleurs ;

L’antibiothérapie dure plusieurs jours et elle doit être poursuivie jusqu’à son terme même si les symptômes ont disparu. Le cas échéant peut en effet entraîner une rechute et causer des complications.

Pour but de prévenir tout risque de complications suite à l’infection, le médecin surveille tout au long du traitement et jusqu’à la guérison complète, le cœur, les articulations et les urines de l’enfant.

La prévention de la scarlatine

La scarlatine est une maladie contagieuse, contre laquelle il n’existe pas de vaccin. Différentes mesures d’hygiène et quelques précautions peuvent permettre de limiter la transmission de la maladie, en collectivités ou au domicile :

  • Le lavage régulier des mains :

Il faut se laver les mains avec de l’eau et du savon (ou une solution hydro-alcoolique) après avoir été en contact avec l’enfant atteint ou après avoir touché un objet manipulé par lui. Lavez souvent les mains des vos enfants et apprenez-leur à le faire eux-mêmes dès que possible, surtout après avoir toussé ou éternué, ou après s’être mouchés et veillez aussi à couper souvent leurs ongles pour qu’ils restent propres ;

  • L’utilisation de mouchoirs

Jetables ou à usage unique. Apprenez à votre enfant à tousser ou à éternuer dans un mouchoir, puis le jeter, ou dans le creux de son coude plutôt que dans sa main s’il n’a pas de mouchoir ;

  • La désinfection des surfaces de transmission

Nettoyez régulièrement les objets et les surfaces (les jouets, les robinets et les poignées des portes, téléphone, télécommande…) utilisés par le malade dans la vie quotidienne, de préférence avec un nettoyant renfermant de l’alcool ;

  • Limitation des contacts étroits avec la personne malade

Évitez d’embrasser votre enfant malade et dissuadez-en ses frères et sœurs, et évitez qu’il s’approche trop à des personnes non malades ou de partager ses objets et son linge ;

Les femmes enceintes doivent rester à distance de tout enfant présentant des signes infectieux ou toute éruption suspecte ;

  • Avoir une atmosphère adéquate

Aérez votre logement au minimum une fois par jour pendant une vingtaine de minutes, maintenez la température des pièces entre 18 et 20 °C pour éviter les atmosphères trop chaudes et trop sèches et évitez le tabagisme passif qui favorise les infections ORL ;

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.