Roséole : définition, symptômes, complication, contagion, traitement et prévention

0 31

La roséole infantile est une maladie virale bénigne qui touche un enfant sur trois et cela concerne principalement les bébés de 3 mois à 3 ans mais il arrive rarement que les adultes contractent aussi cette infection. La roséole se caractérise par une très forte fièvre suivie (parfois) d’une éruption cutanée brève. Son traitement repose uniquement sur la prise en charge de la fièvre pour améliorer le confort de l’enfant. 

Qu’est-ce que la roséole?

La roséole également appelée « exanthème subit » ou « sixième maladie » est une maladie bénigne qui appartient aux maladies infantiles éruptives survenant dans plus de 90 % des cas avant l’âge de deux ans, avec un pic entre 7 et 13 mois, et elle devient rare après quatre ans. Il est intéressant de noter qu’elle apparaisse souvent au cours du printemps et de l’automne.

Cette pathologie est contagieuse et virale causée par un virus du groupe de l’herpès humain de type 6 et 7 qui pénètre dans l’organisme par les voies respiratoires (nez, bouche, gorge), avant de se propager à l’ensemble du corps par la circulation sanguine. Généralement, l’enfant qui a eu la roséole est immunisé à vie contre ce virus.

Les symptômes de la roséole

La roséole est une infection virale qui se présente par :

  • Une fièvre soudaine et très élevée pendant les 3 premiers jours, qui ne diminue pas par les antipyrétiques, puis chute le quatrième ou le cinquième jour ;
  • Un léger mal de gorge, quelques troubles digestifs, un gonflement discret du pourtour des yeux, le nez qui coule ou les ganglions du cou enflés ;
  • L’enfant est irritable et manque d’appétit lorsque la fièvre est élevée mais d’excellente humeur entre les poussées de fièvre ;
  • Dans certains cas, la forte fièvre peut causer des convulsions ou des hallucinations, mais ces cas sont rares ;
  • Au 3e jour de la fièvre ou dans les 24 heures suivant la chute de la fièvre, de petites taches cutanées rosâtres parfois un peu en relief (de 3 à 5 millimètres de diamètre) apparaissent sur le visage, le torse, les hanches, et les racines des membres, qui n’incommodent pas l’enfant et qui disparaîtront spontanément en 1 à 3 journées.

A noter : dans certains cas de roséole, l’enfant peut simplement avoir de la fièvre, sans éruption. Mais aussi l’inverse, à savoir uniquement l’apparition de boutons.

Les complications de la roséole

La roséole infantile est une maladie bénigne dans la très grande majorité des cas et qui guérit spontanément en trois jours après le début de l’éruption. Les complications sont très rares et peuvent être :

  • Des convulsions accompagnant une fièvre élevée ;
  • Une méningite virale ;
  • Une hépatite traduisant une atteinte du foie par le virus ;
  • Des troubles sanguins (une baisse du nombre de plaquettes) ;
  • Un syndrome mononucléosique (ensemble de symptômes regroupant un gonflement des ganglions, une angine, une augmentation anormale du volume du foie et de la rate, ainsi qu’une éruption cutanée) ;
  • Une pneumopathie.

La roséole chez la femme enceinte

Les rares cas de femmes enceintes ayant développé la maladie au cours de la grossesse ne semble pas provoquer d’effet négatif sur le fœtus.

Contagion

Le virus de la roséole a une période d’incubation de 5 à 15 jours, il est présent dans les sécrétions du nez et de la gorge et se transmet par :

Contact direct : Quand quelqu’un entre en contact direct avec la salive d’une personne infectée (en buvant dans le même verre par exemple) ou avec ses mains avec lesquelles il a frotté ses yeux ou son nez ou qu’il a mises dans la bouche ;

Contact indirect : Quand le virus contenu dans le nez et la gorge d’une personne infectée se répand dans l’air par les gouttelettes de salive et sécrétions nasales dispersées naturellement dans l’air lorsqu’elle parle, tousse ou éternue.

La contagion commence probablement avant les phases de fièvre et d’éruption cutanée ou même avant l’apparition de tout symptôme et cela sur une durée de 3 à 5 jours.

Quand appeler le médecin?

Consultez un médecin si votre enfant :

  • fait de la fièvre depuis plus de 72 heures ;
  • a une fièvre qui dépasse 40 °C par voie rectale ;
  • a moins de 6 mois et fait de la fièvre ;
  • a des convulsions ;
  • est léthargique ou déshydraté;
  • présente une éruption depuis plus de 3 jours.

Traitement de la roséole 

La roséole étant une maladie virale, les antibiotiques sont donc inutiles. Le traitement de la roséole est purement symptomatique basé sur l’âge de l’enfant et son historique médical.

Ce traitement consiste en une bonne hydratation (pour aider son corps à se débarrasser de l’infection) et l’administration de paracétamol (il est préférable d’éviter l’administration d’aspirine ou d’ibuprofène) afin de diminuer la fièvre, Néanmoins, la fièvre provoquée par la roséole résiste souvent au traitement. Surveillez la température de votre enfant et veillez à lui donner à boire abondamment et ne le couvrez pas trop.

Une fois la fièvre passée, l’éruption devrait s’estomper au bout de deux à trois jours mais les bains tendent à faire réapparaître les boutons – il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

A noter : Il n’existe pas de vaccin contre la roséole. Cette maladie n’est pas considérée comme à risque d’épidémie ou présentant un intérêt pour développer un vaccin.

Comment prévenir la transmission ?

La transmission de la maladie s’effectue par les voies aériennes, les sécrétions du nez et de la gorge. Pour éviter la propagation de l’infection à l’entourage de l’enfant atteint, il n’est pas nécessaire de l’isoler mais il suffit de suivre seulement les mesures d’hygiène décrites ci-dessous :

  • Lavez-vous les mains correctement et fréquemment ainsi que celles de votre enfant ;
  • Nettoyez régulièrement son nez avec du sérum physiologique ;
  • Utilisez des mouchoirs jetables ou à usage unique pour les sécrétions ;
  • Nettoyez les jouets et objets utilisés par l’enfant malade ;
  • Ne partagez pas les objets, la vaisselle ou le linge … avec d’autres enfants ;
  • Eviter les contacts avec d’autres jeunes enfants et essayez de le garder à la maison tant qu’il a de la fièvre ;
  • Aérez  votre logement tous les jours.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.