Pipi au lit : causes et solutions

0 5

Le pipi au lit, c’est agaçant, mais c’est courant : L’énurésie nocturne touche environ 10% des enfants de plus de 5 ans. Il faut savoir qu’ils ne le font pas par plaisir, ou pour se rendre intéressants mais ils souffrent dans la plupart du temps d’immaturité de certains organes ou d’importantes répercussions psychologiques.

Pourquoi ? Quand doit-on s’inquiéter? Mais surtout que faire face au pipi au lit de votre enfant ? Voici quelques traitements et conseils pour gérer ce moment.

Les causes du pipi au lit (l’énurésie)

Quand les raisons derrière un pipi au lit sont connues, il est plus facile de trouver des solutions pour y faire face, c’est pour cela nous allons commencer par détailler les causes principales expliquant ce phénomène :

Les causes physiologiques

L’hérédité est le premier facteur de l’énurésie. Des études prouvent que lorsque l’un des deux parents est énurétique, l’enfant puis l’adulte ont de nombreuses chances de souffrir de troubles similaires.

Un trouble physique lié à la physiologie de la vessie peut également provoquer cette affection :

  • Une vessie trop petite, la vessie n’a pas la capacité de stocker assez d’urine. Dans le sommeil, une fois elle est remplie elle a besoin d’être vider ;
  • Une vessie distendue, c’est ce qui arrive chez les enfants qui se retiennent trop dans la journée, cette sur-sollicitation des muscles du sphincter finit par les affaiblir. Dans le sommeil, les muscles se relâchent et l’urine n’est alors plus retenue ;

Certaines causes médicales derrière ce trouble peuvent alors être :

  • Un sommeil tellement profond : l’enfant ne se réveille pas par l’envie d’uriner ;
  • Un dérèglement de l’hormone antidiurétique qui gère la production d’urine peut alors conduire à un débordement de la vessie durant la nuit (Dans le cas ordinaire, le corps doit baisser la production d’urine pour empêcher les émissions d’urine nocturnes) ;
  • Immaturité du système nerveux de l’enfant peut être responsable de ne pas arriver à contrôler les contractions de la vessie, surtout la nuit ;
  • Une infection urinaire et le diabète sont aussi l’une des causes possibles de l’incontinence.

Les causes psychologiques

Si aucun trouble physique n’explique l’énurésie, il faut s’interroger sur l’aspect psychique qui peut entrer l’enfant dans un cercle vicieux ce qui affecte son estime de soi et provoque le dysfonctionnement vésical.

Il faut mettre en question les derniers changements qui ont pu avoir lieu :

  • Un choc émotionnel important ;
  • La naissance ou l’arrivée prochaine d’un nouveau bébé dans la famille ;
  • Des difficultés à l’école (harcèlement, mauvais résultats scolaires, changement de classe ou d’établissement…) ;
  • Un déménagement ;
  • Un décès d’une personne proche ;
  • Une séparation des parents ;
  • Une violence au sein de la famille ;
  • Une appréhension face au fait de grandir…

Pour chaque cause un traitement existe. Donc si vous pensez que l’origine du trouble de l’enfant est psychologique, commencez par le rassurer. Si les pipis au lit perdurent sur une longue période ou qu’ils le mettent dans une situation de détresse, une consultation médicale auprès d’un spécialiste est indispensable.

Pipi au lit : Quand doit-on s’inquiéter ?

Faire pipi au lit la nuit ou pendant la sieste et avant l’âge de 5 ans est normal. L’enfant en grandissant, apprend à maîtriser sa vessie et de petits “accidents” peuvent être tolérables. Si le problème persiste après lâge de 6ans (l’âge de la maturation de la vessie et du système cérébral), il s’agit d’énurésie (émission d’urine complète et involontaire pendant le sommeil) ;

Dans le cas d’un enfant qui a déjà été propre pendant plusieurs mois avant de refaire pipi au lit ou d’un enfant qui a des fuites urinaires dans la journée, il est important de lui faire une consultation chez son médecin pour dépister un éventuel trouble médical ;

A partir de 11 ans, un traitement devient nécessaire, et si le pipi au lit constitue un handicap ou une réelle gêne pour l’enfant ou l’adolescent, il est important de penser à une prise en charge psychothérapeutique puisqu’en grandissant, l’enfant va certainement commencer à limiter voire même éviter certaines de ses activités préférées: éviter les colonies de vacances, les classes de découvertes …pour ne pas subir d’aller dormir en dehors de chez lui.

Quelles traitement possibles

Que la cause du pipi nocturne de l’enfant soit psychologique ou physiologique, il est essentiel de lui faire comprendre qu’il n’y est pour rien, et il n’est en aucun cas moins digne d’amour, avant de commencer l’une de ces thérapies :

L’hypnose et la thérapie verbale

Les troubles du sommeil, souvent dus à un trouble psychique, peuvent dérégler les cycles urinaires. L’hypnose et les thérapies verbales permettent de régler le problème à sa source surtout lorsque le pipi au lit s’accompagne d’autres signes de mal-être et que l’enfant demande de l’aide. Quelques séances chez un psychologue ou un pédopsychiatre suffisent parfois pour résoudre le problème.

L’alarme « stop pipi »

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un système qui alerte l’enfant dès la première goutte d’urine détectée. L’alarme, placée dans le slip de l’enfant au coucher, le réveille à la moindre miction involontaire. Ce dispositif est prescrit par un médecin pour une durée moyenne de 3 à 4 mois, il n’est pas remboursé par la Sécurité Sociale mais il peut être loué en pharmacie.

Il faut compter au moins quinze jours d’utilisation pour que le « stop pipi » soit efficace, et trois mois en moyenne pour se réveiller seul et aller aux toilettes devienne un automatisme. Mais certains enfants auront du mal à le supporter et à dormir correctement.

Les médicaments

Délivré sur ordonnance médicale, un médicament à base de desmopressine sous forme de spray nasal qui permet de retenir temporairement l’eau dans l’organisme limitant ainsi la sécrétion d’urine pendant la nuit. Son taux de réussite est élevé mais les cas de rechutes sont bien plus nombreux qu’avec l’alarme. Pour un traitement optimal il est recommandé d’allier ces deux traitements.

Que faire à la maison?

C’est bien clair que de tels accidents peuvent fragiliser la psychologie de votre enfant et affecter sa confiance en lui donc mieux vaut adapter une démarche douce, des exercices simples et une valorisation des nuits au sec pour l’aider à surmonter cette période. Voici quelques conseils pratiques à mettre en place :

  • Aidez-lui à avoir un rythme mictionnel, en urinant régulièrement dans la journée ;
  • Souvenez-vous que l’enfant ne fait pas pipi exprès au lit, inutile et injuste donc de le gronder ou de le punir. Au contraire, approuver une bonne attitude pour un renforcement positif ;
  • Essayez de réduire la quantité de liquide qu’il boit après l’heure du goûter afin de limiter le remplissage de la vessie durant la nuit, sans bien sûr le priver totalement de boire. C’est inutile et nocif à sa santé ! Évitez de lui proposer en soirée les boissons gazeuses, celles contenant de la caféine, de la soupe… ;
  • Établir le rituel d’aller faire pipi juste avant de se mettre au lit ;
  • Laissez une petite veilleuse allumée pour qu’il puisse se rendre facilement aux toilettes pendant la nuit. Vous pouvez placez aussi un pot près de son lit ;
  • Évitez de lui mettre une couche. Faites-lui plutôt porter une culotte d’entraînement ou des sous-vêtements protecteurs, selon son âge. Et placez une protection imperméable sous le drap du dessous afin de protéger le matelas;
  • Il n’est pas nécessaire de changer un enfant endormi dès qu’il mouille son lit. Il est plus important que vous profiter tous d’une bonne nuit de sommeil. Toutefois, laissez une serviette, un drap et un pyjama de rechange près de son lit pour le moment où il se réveillera ;
  • Il est recommandé de le réveiller au même temps que vous pendant la nuit pour uriner ;
  • Aidez-le à bien se laver le matin pour éviter toute odeur indésirable ou irritation de la peau ;
  • Le plus important est certainement d’arriver à le faire participer à la prise en charge de son pipi au lit sans pour autant que cela passe pour lui pour une punition ;
  • Valorisez-le et félicitez-le après chaque nuit sèche. Souvenez-vous comme vous vous êtes extasié devant ses premiers pipis dans le pot et combien il rayonnait alors…continuez !
  • Si votre enfant veut passer la nuit chez un copain, prévoyez le spray nasal pour qu’il aura moins le besoin d’uriner pendant la nuit ;

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.