La méningite

La méningite

0 6

La méningite est une maladie infectieuse rare (incidence d’environ 5 cas pour 100 000 adultes dans les pays développés) qui correspond à une inflammation des méninges : les enveloppes de la moelle épinière et du cerveau dans lesquelles circule le liquide céphalo-rachidien (LCR).

Dans la plupart des cas, la méningite est causée par un virus (méningite virale), et elle est le plus souvent bénigne et ne requiert pas de traitement spécifique, contrairement à la redoutable méningite bactérienne qui est très rare et beaucoup plus grave, pouvant entraîner le décès (chez 20% des patients) ou d’importantes séquelles (chez environ 30% des cas) et nécessite un traitement en urgence extrême de la personne infectée et parfois de son entourage.

Les symptômes de la méningite 

Les symptômes permettant de reconnaître une méningite sont :

  • Une forte fièvre ;
  • Un mal de tête très important et soudain (céphalées) ;
  • Des changements dans l’état mental (confusion, obnubilation, hallucinations…) ;
  • Des éruptions cutanées, des rougeurs, des tâches sous-cutanées rouges ou violacées (purpura) ;
  • Une sensation de raideur dans la nuque et le dos qui empêche la flexion de la tête en avant ;
  • Des nausées et des vomissements ;
  • Une photophobie/Une phonophobie qui se traduit par une crainte d’une exposition à la lumière/ au bruit de par les douleurs qu’elle occasionne ;
  • Grande fatigue, somnolence pouvant parfois aller jusqu’à des troubles de la conscience
  • Courbatures ;
  • Teint gris ou marbré ;

Attention, la présence de tous ces signes en même temps n’est pas nécessaire, donc en cas de doute, consultez sans tarder votre médecin.

Complications possibles

Les infections à méningocoques sont une urgence médicale, elles exigent un diagnostic précoce, l’hospitalisation et un traitement par antibiotiques immédiat. Plus le traitement tarde, plus le risque de séquelles neurologiques ou de décès s’accroît. La baisse d’audition, les problèmes de vision (pouvant aller jusqu’à la cécité), les difficultés d’élocution, les troubles de l’attention ou de l’apprentissage,  l’épilepsie font partie des séquelles possibles. L’infection peut même provoquer des paralysies ou une gangrène des mains ou des pieds pouvant requérir des amputations. Des études indiquent que de 15 % à 20 % des nourrissons et des enfants en bas âge qui survivent à la méningite bactérienne en gardent des séquelles neurologiques permanentes.

Lorsqu’une infection bactérienne touche le système nerveux central et elle n’est pas détectée et soignée à temps, elle peut causer la mort en quelques jours et même, parfois, en quelques heures.

Diagnostic d’une méningite

Le diagnostic commence par un examen clinique à la recherche des signes évocateurs de la maladie. En cas de suspicion de méningite, il est nécessaire de réaliser des tests pour confirmer le diagnostic et identifier la cause.

Le médecin prescrit :

Des analyses sanguines, et sans attendre les résultats, il met en place immédiatement un traitement à base d’antibiotiques et de corticoïdes, car l’évolution d’une méningite peut être rapide.

Une ponction lombaire est un geste médical réalisé pour but d’avoir un prélèvement de liquide cérébrospinal à l’aide d’une aiguille fine et creuse insérée entre deux vertèbres du bas du dos, souvent après anesthésie locale ;

Ce fluide qui entoure les méninges sera examiné afin de voir s’il contient des germes et si sa composition et son niveau de pression sont modifiés ;

Les résultats demandent jusqu’à 48 heures de délai, et l’analyse doit être faite avant la prise des antibiotiques, car ces dernière risque de fausser le bilan;

Cet examen est contre-indiqué en cas de symptômes évoquant des lésions cérébrales. Ces cas nécessitent des examens d’imagerie médicale (électroencéphalogramme, scanner ou IRM du cerveau).

Traitement de la méningite

Une méningite virale est souvent bénigne et ne nécessite pas d’antibiotiques. Seul un traitement symptomatique est nécessaire. D’autres médicaments peuvent être prescrits contre les effets secondaires de la maladie (gonflement du cerveau, état de choc, convulsions).

Une méningite bactérienne est traitée par les antibiotiques qui doivent être commencés dès que possible, sans attendre les résultats des tests de diagnostic mais après avoir réalisé une ponction lombaire ;

À ce moment-là, le médecin ne connaît pas la bactérie spécifique en cause et donc il ne sait pas quels sont les antibiotiques les plus efficaces. C’est pourquoi il choisit une association d’antibiotiques contre un grand nombre de bactéries. Les antibiotiques sont administrés par voie intraveineuse.

Une fois que la bactérie en cause est identifiée, le médecin peut modifier le traitement antibiotique, prescrire un autre plus efficace et demander de stoppe l’administration des médicaments qui ne sont plus nécessaires ;

Le traitement par des corticoïdes est prescrit pour contrôler l’œdème cérébral et réduire la pression intracrânienne ;

D’autres infections, qui peuvent avoir été responsables d’une méningite ou qui sont dues à une méningite, nécessitent aussi un traitement. Ces infections comprennent la septicémie, la pneumonie et une infection cardiaque appelée endocardite bactérienne ;

Il faut remplacer les pertes liquidiennes provoquées par la fièvre, les sueurs, les vomissements et la perte de l’appétit par l’administration de solutés par voie intraveineuse ;

Comme une méningite bactérienne touche souvent de nombreux organes et est responsable de graves complications, les patients sont généralement admis dans une unité de soins intensifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.