Infection urinaire : symptômes, premiers signes, diagnostique, traitement et conseils pratiques pour y remédier

0 23

Les maladies touchant les voies urinaires font partie des infections les plus fréquentes chez les enfants, elles peuvent toucher plusieurs organes du système urinaire : vessie, rein, urètre, prostate, et pour des raisons anatomiques, les filles sont les plus souvent concernées, mais aussi les garçons. En effet, dès les premiers symptômes, prenez rendez-vous chez un médecin, et si le diagnostic confirme une infection urinaire, prenez-la en charge rapidement par un traitement médicamenteux et un suivi médical afin d’éviter des complications postérieures telles que l’hypertension et les lésions rénales.

Dans cet article, nous aborderons la définition de chaque type d’infection urinaire, leur diagnostique et traitement, et on va vous montrer comment réagir afin de les éviter chez vos bébés et enfants.

Qu’est-ce qu’une infection urinaire ?

L’infection urinaire est une maladie relativement fréquente chez les enfants (2 à 5% pour les garçons et quatre fois plus chez les filles), elle se caractérise par un taux anormalement haut de bactéries dans les urines (au moins 100 000 bactéries d’un seul type par ml), elle est généralement causée par les bactéries  Escherichia coli qui viennent du côlon et qui entrent par l’urètre à la vessie avant de monter jusqu’aux reins. Il y a deux types d’infections urinaires :

  • Les cystites (ou infection urinaire basses de la vessie) : si l’infection touche uniquement la vessie ou l’urètre, et c’est le type le plus fréquent. Il faut le soigner rapidement afin de prévenir une infection des reins (pyélonéphrite) qui pourrait leur causer des dommages permanents ;
  • Les pyélonéphrites (ou infections urinaires hautes du parenchyme rénal) : si l’infection remonte jusqu’aux reins, ce type d’infection est plus sérieux et il demande un traitement antibiotique et un suivi médical plus important ;

Quels sont les premiers signes d’une infection urinaire ?

Chez le nourrisson, une infection urinaire peut être annoncée par :

  • Une fièvre isolée avec des pics de 39-40°C momentanément calmés par du paracétamol ;
  • Une vague de pleurs fréquents et inhabituels ou une somnolence en permanence ;
  • Une perte d’appétit et quelques vomissements ;
  • Des urines plus odorantes ;

Chez un enfant qui commence à s’exprimer, c’est plus facile, vous allez constater qu’il a :

  • Des difficultés à uriner (dysurie) : il pousse assez pour évacuer les urines ;
  • Des brûlures à la miction : il se plaint en disant que ça brûle ou ça pique ;
  • Une envie urgente et fréquente d’uriner : il va sans cesse aux toilettes pour faire trois gouttes de pipi ;
  • Une énurésie secondaire : s’il n’arrive pas à se retenir et fait pipi la nuit et/ou d’autres accidents survenant même si sa propreté était parfaitement acquise ;

Diagnostic et traitement d’une infection urinaire chez les bébés

Si vous constatez l’apparition d’un symptôme, une consultation s’impose chez un pédiatre, ce dernier va dans un premier temps procéder à un examen à l’aide d’une bandelette urinaire (disponible aussi en pharmacie), qui permet de révéler la présence de globules blancs et de nitrites, si le résultat s’avère positif, des analyses d’urine seront prescrites pour déterminer le germe responsable.

Ce type d’examens est appeler ECBU (examen cytobactériologique des urines), il permet de confirmer le diagnostic en identifiant la bactérie et sa sensibilité envers plusieurs antibiotiques (antibiogramme). D’ailleurs les résultats de cet examen sont connus au bout de quelques heures, s’ils sont positifs, le pédiatre prescrit aussitôt un antibiotique attaquant l’E.coli, c’est la bactérie qui cause le plus souvent ce type d’infection, le traitement doit être pris avant le reste des résultats pour ne pas exposer la santé de l’enfant aux risques et complications.

Quarante-huit heures plus tard, le laboratoire fournit une analyse plus précise de l’infection : avec identification de la bactérie responsable et, par conséquent, l’antibiotique pour la combattre, donc ne soyez pas étonné si votre pédiatre change de prescription au bout de deux jours.

Si l’état général du bébé ne s’améliore pas malgré le traitement, il convient de l’hospitaliser pour recevoir le traitement antibiotique par voie intraveineuse et pour qu’il soit surveillé de près par l’équipe soignante jusqu’à guérison.

Après avoir terminé le traitement, un examen ECBU et un prélèvement sanguin doivent être réalisés pour s’assurer que l’enfant a retrouvé sa santé.

En cas d’infections urinaires à répétition, une échographie rénale et urologique ou même un bilan radiologique plus approfondi est nécessaire pour dépister d’éventuelles malformations des voies urinaires conduisant à un reflux vésico-urétéral : l’urine remonte de la vessie vers les reins, qui s’infectent, au lieu de suivre le chemin inverse. Le plus souvent, la malformation disparaît spontanément, dans le cas contraire, le médecin préconise une intervention chirurgicale.

Les causes de l’infection urinaire chez les bébés

Ces infections peuvent apparaitre à cause de plusieurs raisons telles que :

  • La colonisation d’E.coli, cette bactérie se trouvent normalement dans les matières fécales, et qui peuvent entrées à partir du méat urétral, ça concerne surtout les enfants qui mettent la couche. Cette cause représente 90% des cas ;
  • Le retient volontairement des urines, l’enfant n’urine pas fréquemment et elle peut aussi être à cause d’une hydratation insuffisante ;
  • La constipation, l’intestin dans ce cas peut présenter un renflement appuyant sur la vessie et empêchant une vidange correcte de cette dernière ce qui favorise le développement de bactéries ;
  • Une malformation de l’urètre, qui peut provoquer un reflux vésico-urétéral, à cause de la faiblesse des valves présentes sur les uretères, elles laissent remonter l’urine de la vessie aux reins, ce qui ouvre le chemin au développement de bactéries ;

Cette dernière cause peut être normale dans les premières semaines de la naissance, mais elle doit être diagnostiquée et suivie.

Conseils pratiques pour éviter une infection urinaire

Pour éviter l’apparition d’une infection urinaire chez le bébé et l’enfant, il faut adopter les bons gestes du quotidien :

  • Lui donner à boire suffisamment, tout au long de la journée, comme ça les urines seront moins concentrées diminuant ainsi le risque d’infection ;
  • Luttez contre la constipation, par une alimentation variée et riche en fibres et les bonnes graisses comme l’huile d’olive ;
  • Changez fréquemment la couche, essuyez toujours d’avant en arrière afin d’éviter la contamination par les bactéries de rectum. Un geste à enseigner à l’enfant plus grand après chaque selle ;
  • Expliquez aux jeunes enfants qu’ils ne doivent pas se retenir de faire pipi, de la faire une fois ils sentent l’envie, et la faire complètement pour vider leur vessie ;
  • La circoncision : des études indiquent que cette intervention chirurgicale pourrait réduire la fréquence des infections urinaires chez les garçons de moins de 1 an ;

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.