Hygiène intime

Hygiène intime

0 10

La partie intime féminine est une zone très sensible méritant une attention toute particulière par rapport au reste du corps. Une bonne hygiène intime permet une sensation de confort au quotidien, évite la prolifération de germes et assure la prévention de certaines pathologies.

Il faut savoir que cette zone fragile est constituée d’un tissu spécial contenant des bactéries protectrices d’où un excès ou un défaut hygiénique peuvent perturber leur équilibre, mener à des sensations d’inconfort et entraîner des désagréments gynécologiques, les plus graves étant les infections. L’enjeu est donc de trouver un juste milieu car en matière d’hygiène intime, tout n’est pas permis.

LaMagicMaman fait le point sur les meilleures pratiques d’hygiène intime à adopter et les mauvais gestes à éviter.

Les bonnes pratiques à adopter pour une bonne hygiène intime

Pour conserver une hygiène intime irréprochable, éviter les odeurs désagréables et les invasions de bactéries voici les gestes commodes à adopter :

Une toilette intime soigneuse :

  • Lavez-vous les mains avant tout contact avec votre sexe  et avant et après chaque passage aux toilettes ;
  • Utilisez vos mains pour lavez la région vulvo-vaginale sans jamais pénétrer et essayez de bien déplisser les lèvres de la vulve pour nettoyer les plis, ainsi que le capuchon du clitoris ;
  • Limitez-vous à une seule toilette intime par jour, et vous pouvez poussez jusqu’à deux en cas de forte chaleur et de transpiration excessive ;
  • Utilisez un nettoyant intime blanc sans colorant ni savon ou parfums à pH neutre ou alcalin (pour qu’il soit proche de celui de la peau « 5 à 6 »), qui est disponible en pharmacie sous forme solide ou liquide ;
  • Prenez soin de toujours vous essuyer de la zone uro-génitale vers la zone anale (c’est-à-dire d’avant en arrière) après chaque passage aux toilettes pour éviter la transmission de bactéries ;
  • Après un rinçage, veillez à sécher minutieusement cette zone, pensez aux plus et partez toujours d’avant en arrière, avec une serviette en tissus personnelle, voire avec une serviette en papier ;
  • Avant l’épilation (rasage, cire, crème épilatoire…), veillez à bien désinfecter la zone au préalable avec un produit adapté à l’hygiène intime ;
  • Dans les toilettes publiques, évitez de toucher l’abattant de la cuvette ;

Des sous-vêtements adaptés :

  • Pour que vos sous-vêtements ne deviennent pas des nids à microbes, changez-les quotidiennement ;
  • Prenez soin de les laver séparément avec des lessives douces et non allergènes et de préférence à haute température (60 °C) pour éradiquer les champignons et les bactéries résistants ;
  • Préférez les culottes aux strings, plus favorables aux frottements sur les muqueuses, et donc au développement de mycoses ;
  • Oubliez également les matières synthétiques, propices à la macération, et choisissez de la lingerie 100% coton ;
  • Évitez les pantalons trop serrés, car ils favorisent le développement de bactéries à force de frottement et par manque d’aération ;
  • Ne gardez pas sur vous des sous-vêtements mouillés, car l’humidité favorise la prolifération des bactéries ;
  • N’empruntez jamais de sous-vêtements ou de serviette de toilette à une autre personne.

Les mauvaises pratiques à éviter

Pour ne pas avoir des conséquences néfastes sur l’équilibre de votre flore vaginale voici les gestes à éviter :

La douche vaginale

La douche vaginale (c’est-à-dire nettoyer l’intérieur du vagin) est la première pratique à bannir d’urgence, car l’intérieur du vagin bénéficie déjà d’un système de ‘nettoyage automatique’, et un lavage manuel peut perturber ses défenses naturelles et déséquilibrer votre flore vaginale ce qui favoriser le développement de bactéries et entraîne des infections, une sécheresse et une irritation de la partie intime.

Le port quotidien de protège-slips

C’est une mauvaise habitude qui peut causer des irritations, des allergies ou encore des mycoses, essayez donc à éviter leur utilisation quotidienne, repérez les jours où vous avez le plus de pertes vaginales (souvent au milieu du cycle puis juste avant les règles) pour n’en porter que ces jours là ;

Privilégiez des protège-slips lavables, meilleurs pour votre santé et pour l’environnement.

La détox du vagin

Une autre mauvaise habitude à éviter, consiste quant à elle à prendre des bains de vapeur à partir de décoction d’herbes ou encore à mettre des sachets d’herbes médicinales dans le vagin ;

Il faut savoir que votre vagin n’a pas besoin d’être détoxifié puisqu’il est capable de se nettoyer tout seul et automatiquement, et de telle pratique peut l’irriter et développer le fameux syndrome du choc toxique.

Utilisez les déodorants intimes

Quant aux déodorants intimes (même sans alcool et sans parfum) et aux savons parfumés, ils peuvent en plus de déséquilibrer votre flore vaginale, déclencher des irritations, des brûlures ou des irritations ou encore favoriser le développement de mycoses dans la zone vulvo-vaginale ;

Une odeur inhabituelle persistante pouvant être le symptôme d’une pathologie, il est donc conseillé de faire une consultation auprès de votre gynécologue ou sage-femme afin d’en identifier et traiter la cause.

Se lavez avec un gant de toilette ou une fleur de douche

Les gants de toilette et les fleurs de douche sont de véritables nids à microbes ! Pour vous laver, choisissez un pain dermatologique, c’est à dire un savon sans savon ou alors un gel nettoyant intime et appliquez-le doucement avec vos mains propres, de l’avant vers l’arrière (comme on le fait après être passée aux toilettes), afin d’éviter la propagation des bactéries de l’anus vers le vagin. Ce geste permet notamment d’éviter une cystite ;

Se lavez fréquemment

En termes de fréquence, un seul lavage par jour est largement suffisant en utilisant un produit adapté à cette particularité (un antiseptique ou un antibactérien sont dédiés seulement à un usage médical, après une intervention chirurgicale par exemple) ;

En vous lavant trop, vous risqueriez de fragiliser vos muqueuses et déséquilibrer la flore en détruisant les lactobacilles vestibulaires (la zone intermédiaire entre le vagin et la vulve), qui constituent les premières barrières contre les agressions extérieures.

Utilisez des produits naturels sans aucune précaution

Attention également aux produits naturels : citron, vinaigre, huiles essentielles, bicarbonate… qui sont utilisés par certaines femmes pour “acidifier” le vagin ;

Ces ingrédients, même s’ils ont de nombreux bienfaits, leur efficacité pour traiter les problèmes liés au vagin n’a jamais été démontrée, par contre ils risquent de déséquilibrer le pH de votre flore vaginale et d’entraîner des brûlures et des allergies.

Les piercing et tatouages sont évidemment déconseillés dans cette région.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.