grossesse gémellaire

0 10

Depuis une quarantaine d’années, le nombre de jumeaux a augmenté selon les statistiques, et il ne cesse pas d’accroitre pour deux raisons :

La première, la fréquence des grossesses multiples augmente avec l’âge de la mère surtout qu’actuellement la majorité des femmes retardent davantage l’âge de la maternité ;

La deuxième, il y a de plus en plus recours aux traitements de fertilité, qui exploitent les hormones pour stimuler les ovaires, et il y a aussi l’utilisation de la fécondation in vitro, tout ça augmente les chances d’avoir une grossesse gémellaire.

Il ne faut pas oublier que le facteur de l’hérédité favorise aussi les grossesses multiples.

Définition de la grossesse gémellaire

La grossesse gémellaire se définit comme étant une gestation au cours de laquelle la femme enceinte porte deux embryons “jumeaux”. Partant de ce préambule commun, il faut alors distinguer les jumeaux identiques et les faux jumeaux :

Les jumeaux identiques ou monozygotes (presque 20 % des grossesses gémellaires):
sont issus de la fécondation d’un seul ovule par un spermatozoïde, formant ainsi un embryon qui se divise lors de la première semaine de grossesse en deux nouveaux embryons qui vont se développer séparément. Les deux fœtus possèdent donc le même matériel génétique, ils peuvent partager ou non le même placenta, il s’agit de vrais jumeaux. Ce type de jumeaux se présente environ une fois sur 250 naissances.

Les faux jumeaux ou les jumeaux dizygotes (presque 80 % des grossesses gémellaires): sont issus de la fécondation de deux ovules différents par deux spermatozoïdes différents, les deux embryons qui se développent ainsi ont chacun leur propre patrimoine génétique, ils ont chacun leur placenta et leur poche amniotique, ils peuvent être de même sexe ou de sexe différent, et ils n’ont pas plus qu’une simple ressemblance de frères et sœurs. La naissance de faux jumeaux se produit chaque 1 à 1,25 naissance sur 100.

Nécessité  d’une surveillance adaptée

Ce type de grossesse est lourd et fatigant, et le cœur de la maman est sollicité davantage puisqu’il doit faire circuler un volume sanguin plus important, donc un diagnostic précoce est nécessite avec une surveillance étroite et du repos. Les grossesses multiples demande en général une haute surveillance car il y a aussi des petits soucis plus fréquents qu’une grossesse à fœtus unique comme: les nausées, puisque le(s) placenta(s) produit plus l’ HCG (Hormone Chorionique Gonadotrophique); les varices en raison de la compression des vaisseaux sanguins du bassin et de l’excès de poids, gêne respiratoire, car l’utérus prend plus de place sous le diaphragme, et aussi la prise de poids.

Il y a d’autres raisons qui justifient une surveillance renforcée pour les grossesses gémellaires comme le risque de la prématurité (50% des jumeaux naissent avant la fin du 8ème mois). En effet, la paroi de l’utérus étant très distendue, ses fibres se contractent fréquemment, et le col est sollicité par le poids de deux bébés, donc il a tendance à s’ouvrir plus tôt. Par ailleurs, il faut surveiller si l’un des bébés grossit davantage que l’autre (syndrome transfuseur-transfusé). Enfin, le risque de pré-éclampsie (hypertension et présence de protéines dans les urines) et de diabète gestationnel .

Enfin pour renforcer la sécurité de cette grossesse et se prévenir d’un accouchement prématuré, la future mère peut même mise au repos avant la date prévue de l’accouchement, c’est pourquoi la durée du congé prénatal passe de six à douze semaines, et c’est préférable qu’elle soit prise en charge par une équipe spécialisée dans une maternité de type 3, et faire des consultations mensuelles (voire toutes les deux ou trois semaines en cas de placenta unique), pour contrôler régulièrement la tension artérielle, poids, modifications du col, survenue ou non de contractions…

Les modes d’accouchement

Les grossesses multiples d’une façon générale sont considérées des grossesses à fort risque de prématurité, car une grande majorité des femmes enceintes des jumeaux ne vont pas à terme, dans ce cas la future mère sera orientée vers une maternité de type 3, qui dispose d’un centre de réanimation néonatologique. Il faut préciser que le taux d’accouchement par césarienne est plus élevé chez les femmes qui attendent des jumeaux, cela est expliqué par le manque de place dans la cavité utérine qui empêche les fœtus de se positionner correctement pour sortir, ou à cause du risque d’enroulement du cordon autour du cou d’un ou des deux bébés, l’accouchement est souvent programmé et déclenché entre la 36e et la 38e semaine,

L’accouchement peut tout à fait se dérouler par voie basse, mais en raison des risques de mauvais positionnement surtout pour le 2ème bébé, les naissances gémellaires se font toujours sous péridurale, ce qui permet à l’équipe obstétricale d’intervenir immédiatement pour réaliser des manipulations.

Mes conseils :

– Le plus important : choisissez si possible une maternité de niveau 3 pour le suivi de grossesse et l’accouchement, cela vous éviterez d’être séparée de vos bébés s’ils naissent un peu petits ou bien en avance.
– Surveillez vos urines régulièrement surtout pendant les 3 derniers mois, en utilisant des bandelettes (disponible en pharmacie), ce contrôle permet de détecter la présence d’une infection urinaire et d’albumine (de protéines), ce qui peut être le signe d’un début de toxémie gravidique, et vous pourrez ainsi prévenir rapidement votre gynécologue.
– appliquez régulièrement de l’huile végétale sur tout le corps, car la prise de poids est plus importante que pour une grossesse simple, et la peau du ventre se distend énormément.

– Préparez au maximum pour l’après naissance: prévoyez tout l’équipement et l’organisation nécessaires, puisque une fois les bébés arrivent, vous n’aurez plus le temps et prévoyez de l’aide, vous en aurez vraiment besoin et vous serez reconnaissante des heures de repos gagnées.

-détendez-vous bien puisque le stress favorise les contractions.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.