Vaccination chez la femme enceinte: vaccins autorisés et ceux contre-indiqués

0 13

L’administration de certains vaccins, pendant la grossesse, a clairement démontré ses avantages de préservation de la santé du fœtus et la future maman, car une fois la femme enceinte reçoit un vaccin, elle sera évidemment protégée de la maladie et de ses complications, puis son corps fabriquera des anticorps qui seront transférés directement au fœtus par le biais du placenta, et cela peut lui apporter une protection pour les trois à six premiers mois de  sa vie. C’est justement pendant les premiers mois de la vie que le système immunitaire du nouveau-né est le plus vulnérable, et il n’est pas encore en mesure de répondre à des vaccins.

Vaccinations inutiles et autorisés pendant la grossesse

la vaccination coquelucheuse

La coqueluche est une maladie respiratoire très contagieuse, et puisqu’elle est la première cause de mortalité par infection bactérienne communautaire chez le nourrisson de moins de 3 mois en France, il est recommandé à toute femme enceinte de recevoir ce vaccin, et le répéter à chaque nouvelle grossesse, et cela pour une stratégie dite « cocooning », visant la protection des nourrissons (qui ne peuvent être vaccinés si tôt) en vaccinant leur entourage proche.

Après la vaccination de la future maman contre la coqueluche, elle sera protégée elle-même afin qu’elle ne tombe pas malade et ne transmette pas la maladie au fœtus, et aussi pour qu’elle transmette les anticorps contre la coqueluche au bébé à naître via le placenta afin de le protéger après sa naissance

C’est un vaccin compris dans le panier de santé pour les femmes enceintes et il est possible de le recevoir dans les caisses de maladie avec une participation personnelle.

la vaccination antigrippale

La grippe est potentiellement plus grave chez la femme enceinte, car elle peut causer une fausse couche en début de grossesse, ou un accouchement prématuré et de complications pulmonaires pendant le troisième trimestre de la grossesse. C’est à cause de ça il recommandé à toute grossesse de recevoir le vaccin contre le grippe, quel que soit le trimestre de la grossesse, pour protéger aussi le bébé jusqu’à l’âge de 6 mois environ et cela réduit le taux d’hospitalisation pour les maladies des voies respiratoires de manière générale et de la grippe en particulier.

D’autres vaccins sont administrés aux femmes enceintes dans les cas suivants :

Le vaccin contre le tétanos et la diphtérie est très répandue en Europe, on voit pratiquement disparaître le tétanos obstétrical, et une vaccination dans le mois qui précède l’accouchement est suffisante en général pour éviter la maladie à ce moment-là, il est aussi administré après une blessure ou avant un voyage à l’étranger.

Le vaccin contre la rage s’impose après toute contamination certaine ou suspecte compte tenu du pronostic grave de la rage.

Les vaccins recommandés pour les femmes enceintes prévoyantes un déplacement à l’étranger sont : les vaccins contre la typhoïde, le choléra les hépatites A et B, les méningocoques A et C, qui sont fabriqués avec une fraction du virus inactivé, pourront être réalisés pendant la grossesse sans aucun danger, mais ils sont réservés en cas de voyage en zone d’endémie.

Ces vaccins assurent une immunité qui protégera l’enfant jusqu’à l’âge de 6 mois environ.

Vaccinations contre-indiquées en cours de grossesse

Tous les vaccins à base de virus vivants atténués sont à éviter au cours de la grossesse, en raison du risque théorique que le virus peut traverser le placenta et infecte le fœtus, et il peut être responsable d’une malformation néonatale.

Les vaccins à ne pas faire pour une femme enceinte sont :

Le vaccin contre la rougeole

Au moment de la grossesse, une femme atteinte de la rougeole présente un risque élevé d’avortement et d’accouchement prématuré, c’est pour cela la vaccination contre cette maladie est à éviter pour les femmes enceintes, même si elles ne sont jamais été vaccinées.

Certes que certaines études ont montrés qu’aucun problème particulier n’est apparu, de façon significativement notable, chez les enfants sur des milliers de cas avec plusieurs années de recul, et la transmission de ce virus atténué, utilisé pour se faire vacciner, est transmit à l’embryon dans des cas rare (1 à 2 % des cas), mais ce vaccin ne doit être fait en aucun cas pendant la grossesse, à cause d’une indication d’avortement, et il doit être effectuée chez des patientes n’ayant pas de projet de grossesse, et qui sont sous contraception deux mois avant ou deux mois après.

Le vaccin contre la rubéole

La rubéole est une maladie bénigne en dehors de la grossesse, car elle présente un risque élevé à provoquer de graves malformations chez le fœtus, y compris des malformations cardiaques, des yeux et du cerveau. A cette intention la vaccination contre la rubéole est fortement recommandée pour les femmes non vaccinées planifiant de tomber enceinte, elle se fait grâce à  une dose d’un triple vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR).

La vaccination contre la rubéole est toujours contre indiquée pendant la grossesse, et doit être effectuée chez des patientes uniquement sous contraception deux mois avant ou deux mois après.

Le vaccin contre les oreillons

Au cours du premier trimestre de la grossesse, une femme atteinte des oreillons présente un risque élevé de décès du fœtus, mais pas de risque de malformation, et dans 30% des cas, un risque de fausses couches.

Le vaccin contre la varicelle

La varicelle est une maladie infectieuse très dangereuse pour les fœtus, le risque théorique est trop important, car une femme atteinte de la varicelle, au premier et au deuxième trimestre de grossesse, présente un risque élevé de maladie grave, et de complications comme une pneumonie, en outre, il existe un risque à ce que le nouveau-né naisse avec des malformations, mais il faut savoir que la survenue de la varicelle est très rare durant la grossesse.

Ce vaccin est non seulement déconseillé aux femmes enceintes, mais il est en outre nécessaire de s’assurer de l’absence de grossesse avant de les administrer, de plus, une contraception efficace doit être maintenue dans les deux mois suivant la vaccination.

Le vaccin contre la fièvre jaune

Bien qu’aucune étude n’ait démontré les risques de tératogénicité (malformations ou anomalies durant le développement embryonnaire), la vaccination contre la fièvre jaune doit être faite uniquement pour des raisons obligatoires, en cas de séjour en zone d’endémie, et la pratiquer au cours du deuxième ou troisième trimestre de grossesse.

Le vaccin contre le BCG

Cette vaccination est contre indiquée pendant la grossesse, car elle est réalisé à partir de bacilles vivants atténués, donc elle est déconseillée même s’il y n’a pas vraiment de risque fœtal confirmé jusqu’à maintenant, et  en cas de maladie du tuberculose, on aura recours à l’antibiothérapie.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.