Attention à cette habitude « sucer le doit »

0 53

Même à l’intérieur du ventre de sa maman le fœtus suce son pouce, ce geste peut devenir une habitude chez les petits qui peut rendre les parents inquiets. Il faut savoir que ce réflexe de succion permet de réguler les cycles de sommeil, de détendre, d’apaiser et de relancer le réconfort chez l’enfant du fait qu’il  sécrète des endorphines (les hormones du plaisir).

Il n’y a pas là de quoi s’alarmer! Mais quand cette habitude ne semble pas vouloir disparaître avec l’âge, il faut aller voir le pédiatre, comme ça vous pouvez prévenir votre enfant des problèmes d’orthodontie: dents de lapin, dents écartées, dents inclinées vers l’avant… qui peuvent lui causés aussi des soucis d’orthophonie : de la prononciation et d’expression, et pour régler tout ça il sera dans l’obligation de faire un suivi médical sérieux à l’aide d’appareillages coûteux et long à mettre en place.

Donc il est peut-être temps de donner un coup de main à votre enfant pour arrêter cette habitude. LaMagicMaman va vous donner toutes les conseils et les astuces nécessaires pour l’aider et l’accompagner dans ce processus de sevrage pas facile pour lui, mais avant ça, vous trouverai les justifications des causes et des conséquences.

Pourquoi l’enfant suce-t-il son pouce ?

Sucer le pouce est un geste inné que le fœtus peut faire dans le ventre de sa maman dès le 4ème mois de grossesse, à des moments bien précis de la journée : quand il est fatigué, angoissé, si sa maman est en colère… et il est en quelque sorte un entraînement destiné à le rendre immédiatement «opérationnel» à sa naissance, car il est impératif qu’il s’alimente dès ses premiers jours ! Et il est amusant de constater que les bébés droitiers vont sucer plus souvent leur pouce gauche et les petits gauchers leur pouce droit !

D’ailleurs 80 % des bébés sucent leur pouce à la naissance, et d’autres l’adoptent peut-être après quelques mois plus tard. Lors d’une fatigue, d’une colère, d’une faim, d’une situation stressante, après le sevrage, choc émotionnel, séparation de la mère, si l’enfant ressent des frustrations affectives… il peut trouver une solution instantanée et très apaisante en un tour de main en plaçant son pouce dans sa bouche et en actionnant son réflexe de succion. C’est un moyen simple et rapide pour ressentir une sensation d’apaisement, de détente et de bien-être. C’est pourquoi certains bébés trouvent plus facilement le sommeil lorsqu’ils tètent.

Il est bien visible que téter procure à l’enfant un vif plaisir, cette phase est appelée «stade oral» dans le développement, et elle se caractérise par la prédominance sensorielle de la bouche et par la satisfaction que le bébé éprouve à la faire fonctionner, mais après les 5ans cela peut induire à un comportement psychologique et affectif profondément perturbé.

Quelques conséquences de la succion du pouce

Lorsque l’enfant continue à sucer son pouce à un âge plus avancé, les risques sur le développement de sa bouche et de ses dents s’accroissent, et cela peut causer divers problèmes :

  • Un retard de passage de la déglutition dite infantile vers la déglutition normale, le mauvais positionnement de langue et la sollicitation anormale des muscles de la bouche et des lèvres peuvent entraîner un déséquilibre des forces musculaires et des os des mâchoires ;
  • Une projection des dents du haut vers l’avant qui peut entraîner une malocclusion à long terme ;
  • Un développement inadéquat des arcades dentaires provoquant un mauvais positionnement des molaires, un articulé croisé (certaines dents du haut et du bas se croisent lorsque la bouche est fermée) ou un chevauchement entre des dents adjacentes ;
  • Un positionnement de la lèvre inférieure entre les deux arcades dentaires ce qui provoque un effet de « dents de lapin » ;
  • Des problèmes d’élocution dus à la malocclusion et à la faiblesse des muscles labiaux ;
  • Problème de respiration : les suceurs de pouce respirent plus souvent par la bouche que par le nez, ce qui peut provoquer des troubles de la croissance du maxillaire supérieur dans le sens de la largeur ;
  • En revanche, cette habitude a tendance à verrouiller l’enfant. Avec son pouce en bouche, il est gêné pour s’exprimer, sourire ou jouer. Pire, il peut s’isoler, communiquer peu avec son entourage et diminuer ses phases de jeu puisque l’une de ses mains est occupée ;
  • L’enfant peut souffrir de moqueries et les quolibets des autres enfants s’il le fait encore au moment d’entrer à l’école, et il peut être exclu par ses camarades ce qui peut toucher son estime de soi.

Astuces pour aider lenfant à arrêter de sucer son pouce

Il n’existe pas de recette magique pour arrêter ce comportement immédiatement, mais il existe de petites astuces pour l’aider à prendre la décision de l’abandonner par lui-même :

1er astuce : Comprendre 

On peut tenter de discuter avec notre enfant pour comprendre pourquoi il ressent le besoin de sucer son pouce, il faut le faire tête à tête et bien choisir le moment : avant de se coucher, en promenade… et inutile de décider lui faire arrêter cette habitude pendant une période compliquée de sa vie (apprentissage à la propreté, naissance d’un frère ou d’une sœur, divorce, déménagement, entrée à l’école…)

2ème astuce : Expliquer 

Expliquez-lui clairement que sucer le pouce est réservé aux petits et qu’il est désormais un grand, et il est temps de mettre l’habitude derrière lui, avec votre soutien son envie et sa motivation seront plus forts. S’il n’est pas convaincu, essayez de lui faire comprendre qu’elle a éventuellement des conséquences pas bonnes sur la santé, sans lui faire peur ou tomber dans le sensationnalisme ;

3ème astuce : Doucement 

En le réprimandant avec agressivité, vous risqueriez de générer de l’anxiété chez lui, et il en sucerait plus, donc il ne faut jamais employer des méthodes de force, et ne soyez jamais critique, essayez d’agir doucement et progressivement, autorisez le pouce uniquement aux horaires du coucher ou des siestes, puis uniquement le soir, ensuite réduisez aux weekends seulement par exemple. L’enfant se détachera plus facilement et naturellement de cette habitude ;

4ème astuce : Récompenser

Dans le même ordre d’idées, il a été démontré qu’un système de récompenses fonctionne très bien dans ce cas-là. Lors d’une bonne journée, voire même d’une bonne heure, n’hésitez pas à complimenter l’enfant sur son progrès et valoriser ses réussites, et pourquoi ne pas lui récompenser par un chocolat, un petit bonbon, un temps de plus pour jouer… s’il est à l’âge scolaire, on peut fonctionner aussi avec un système de points : faites un petit challenge avec lui et tracer un tableau, par exemple, qu’il remplira à chaque succès. Faites-en un rituel privilégié et il y a fort à parier que votre enfant fera les meilleurs efforts. En revanche, ne lui montrez pas que vous êtes déçu lorsqu’il « rechute ».

5ème astuce : Activités amusantes

Si l’habitude est en hausse et devient difficile à passer au cours de la journée, proposez-lui des activités amusantes pendant lesquelles il doit se servir de ses deux mains, cela va détourner son attention, l’apaiser et lui permettre d’oublier cette envie de succion qui lui semblait indispensable. Lui proposer un câlin ou lui lire une histoire sont également des solutions apaisantes qui aideront l’enfant à se relaxer et à oublier de mettre le pouce dans la bouche.

6ème astuce : Substance amère

Enfin, si rien n’y fait, vous pouvez utiliser une substance au goût amer, disponible en pharmacie pour un prix très abordable, que vous pouvez appliquée sur le pouce de l’enfant, cela permet à rendre l’expérience de succion beaucoup moins agréable. Certains parents ont considéré cette façon de procéder comme inutile, d’autres la jugent efficace surtout lorsqu’elle s’accompagne d’un système de récompenses.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.