Alimentation de la maman après l’accouchement

0 39

Durant les neuf mois, le poids s’accumule, et on se trouve à la fin de la grossesse avec un bon nombre de kilos en plus, certes qu’une partie est perdu naturellement après l’accouchement, mais pour le meilleure départ possible et récupération physique, il faut bien penser à une alimentation variée et équilibrée, adaptée à vos besoins et ceux du bébé si vous allaitez, qui vous aidera à retrouver votre dynamisme, votre tonus et votre silhouette.

Après l’accouchement, le corps connu une transformation radicale à cause de la chute brutale d’hormones, le fait de conserver les saines habitudes que vous aviez lors de la grossesse, va vraiment vous aider à se prévenir des carences, des chutes chevelues, de baby blues …donc n’hésitez surtout pas à équilibrer et varier vos repas, et prévoir aussi des tisanes qui vont contribuer positivement à augmenter votre moral.

Dans cet article, je m’engage à cœur de vous présenter en détail les principes de base à suivre pour avoir une alimentation équilibrée, en vous précisant les vitamines et oligo-éléments nécessaires pour votre organisme.

Les vitamines et les oligo-éléments dont vous avez besoin

Bien manger après l’accouchement aide la maman à retrouver sa ligne, et à rétablir ses réserves nutritionnelles, sans risque d’épuisement physique ou mental, pour cela vous devez reconstituer votre stock de vitamines, qui a été appauvri pendant la grossesse par votre bébé, quotidiennement et à partir d’une alimentation variée, ci-dessus j’ai cité les vitamines et les oligo-éléments que vous deviez prendre, en vous précisant d’où vous pouvez les récupérer :

  • La vitamine A: dans les fruits et légumes jaunes et rouges,  les produits laitiers, les jaunes d’œufs;
  • La vitamine B : dans les céréales complets, les œufs, les viandes et poissons maigres;
  • La vitamine C: dans les agrumes, les légumes verts, les pommes de terre ;
  • La vitamine D: obtenue par exposition au soleil, ou par complément qui pourra être prescrit au besoin ;
  • Oméga 3: dans les poissons gras (saumon, thon, sardine), les huiles d’olive ou de colza, les viandes grasses, les œufs ;
  • Le calcium : dans les produits laitiers, les légumes à feuilles vertes, le sésame ;
  • Le fer : dans les viandes rouges maigres, les légumineuses, le poisson, les céréales complètes, le fer est mieux absorbé si on le prend avec la vitamine C, et il est moins assimilé si on le combine avec la consommation des tanins (le thé par exemple) ;

Principes de base d’une alimentation saine et équilibrée

Même si vous vous sentez en pleine forme après quelques jours de votre accouchement, votre corps à encore besoin d’une restitution de son stock nutritionnel, voici quelques conseils et principes de bases à suivre pour avoir le meilleur départ possible pour la nouvelle vie :

Commencez toujours votre journée avec un petit-déjeuner 

Si on démarre notre journée par la prise d’un bon petit-déjeuner, on sera en mesure de se concentrer bien toute la matinée, notre corps sera capable de mieux réguler la glycémie, cela va aussi réduire la faim et les besoins fréquents de grignotage tout au long de la journée, donc on sera on mesure de contrôler nos prochains repas afin d’avoir le poids idéal. Évitez les glucides et favorise les protéines, les produits céréaliers, les produits laitiers, les fruits peuvent aussi être consommés.

S’hydratez tout au long de la journée

Notre corps est composé d’environ 65 % d’eau, une fois ce taux commence à baisser, on ressent automatiquement de la fatigue, de la somnolence, et une réduction des capacités intellectuelles, donc on se trouve incapable de se concentrer convenablement.

Les autorités sanitaires recommandent de boire au moins 1,5 litre d’eau par jour, qu’il peut également être consommé sous forme d’infusions ou de tisanes (sans sucre), et c’est un chiffre qui peut varier selon le sexe, les saisons, l’activité physique… et il est préférable de diviser cette quantité tout au long de la journée, et d’éviter boire de grande quantité à la fois, car cela demande en urgence l’intervention des reins pour que le corps s’en débarrasse, cela fatigue vos reins et le corps n’arrive pas à s’en profiter.

Favorisez la consommation des légumes et fruits

Les légumes et les fruits, crus, cuits, conservés ou surgelés doivent être la base de notre alimentation, car ils sont riches en vitamines (A, C et B9), en minéraux (potassium, magnésium, sélénium), en fibres, et en antioxydants. Il est conseillé de consommer au minimum 5 portions de fruits et de légumes par jour, car ils sont très enrichissants et relativement peu caloriques, ils ont un rôle préventif de nombreuses maladies chroniques, et de certaines maladies liées au vieillissement, donc soyez courageuse pour faire des assiettes colorées !

Faites attention au sucre et au sel

Le sucre favorise l’obésité, les cancers, les maladies cardiaques, les maladies neurodégénératives, le diabète de type 2… Et le sel peut être responsable d’hypertension artérielle, des maladies cardiovasculaires, des maladies rénales…

On peut trouver par exemple les sodas, sirops, nectars de fruit, biscuits… qui sont couramment sucrée mais qui contient du sel, comme on peut trouver le pain de mie, assaisonnements de salades…  (salé normalement) mais qui renferme du sucre. Donc lisez les étiquettes des produits industrialisés avant de les utiliser (sauces, volailles marinées, charcuterie,…) et faites attention,  aux excès de sucre et de sel à vos préparations culinaires,  essayez de les remplacer par les épices et les plantes aromatiques, pour obtenir le gout salé, et pour tout ce qui demande une saveur sucrée, optez pour le miel d’abeille ou l’ajout d’un fruit, des dattes, des raisins secs…

Soyez vigilante sur les matières grasses

Une consommation massive des matières grasses peut augmenter le risque de prise de poids et de développer des maladies cardio-vasculaires à cause du mauvais cholestérol, évitez d’en consommer trop, surtout celles qui contiennent les mauvais acides gras comme la margarine, et faites attention aussi aux graisses cachées, très présentes dans les plats cuisinés, viennoiseries, les pâtisseries industrielles, les glaces, les barres chocolatées, les aliments frits…

Vous n’allez pas s’en débarrasser complètement, mais essayer tout simplement de limiter leur utilisation pour la cuisson et l’assaisonnement uniquement, et choisissez-les en fonction de leur composition en acides gras, optez pour les huiles végétales, telles que : l’huile d’olive ou de colza.

Limitez la consommation de viande rouge

L’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) recommande de ne pas dépasser les 500g de viande par semaine, c’est-à-dire pas plus de 70g par jour. Certes qu’il s’agit d’un aliment hautement nutritif (protéines animales, vitamines, fer, zinc,…), mais il faut savoir qu’au- delà des seuils tolérés, certains cancers pourraient être favorisés, donc ne le considérez pas l’élément principal de votre alimentation, consommez-le avec modération et en alternance avec des œufs, de la volaille et du poisson, quant à la viande transformée telle que la charcuterie, sa consommation doit rester occasionnelle !

Évitez les aliments industriels et optez pour le « fait maison »

Les plats industriels contiennent beaucoup de sel, de sucre, de graisse et d’édulcorant, que ce soit les plats préparés, les pâtisseries industrielles, les sodas, les nectars…donc pourquoi ne pas miser sur le fait maison, cuisinez et préparez vous-même vos repas, vous permettra de garantir l’hygiène et la qualité des aliments utilisés, de maîtriser leur équilibre dans les plats, de contrôler le sel et sucre ajoutés, d’éviter les colorants, conservateurs et les additifs nocifs pour la santé. Et vous serez en mesure également de contrôler la façon de cuisson, affin de s’éloigner des fritures et de se rapprocher des cuissons douces à la vapeur, à la poêle ou au four.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.