Accouchement eutocique 

0 36

Faire le point

La rencontre avec le bébé est le moment tant attendu, après 9 mois de grossesse, et si on vous dit qu’il est tout à fait possible d’accoucher sans douleur ni souffrance? Le croyez-vous ? Et pourtant ça existe, on parle de l’accouchement eutocique, cet article vous expliquera en détail qu’est ce que cela veut dire.

Définition de l’eutocie

L’accouchement eutocique correspond à une naissance qui se déroule de façon normale et dans les meilleures conditions possibles selon le processus physiologique, sans complications du côté de la maman que de son bébé.

Il se déroule par voie basse, avec ou sans péridurale,  suite au déclenchement spontané du travail entre les 37ème et 42ème semaines de gestation, afin que le bébé à naître ne soit pas prématuré. Le bébé doit être en position céphalique du sommet, et les contractions et la rupture de la poche des eaux peuvent apparaître naturellement, ou à l’aide d’un coup de pouce, et le reste du processus s’enchaîne automatiquement.

En effet, ce type d’accouchement ne nécessite pas d’intervention importante médicale, instrumentale ou médicamenteuse, en dehors du traitement de la douleur.

Spécificités d’un accouchement eutocique

L’accouchement se déroule en trois phases, et le fœtus doit franchir trois obstacles : le col de l’utérus, le bassin et le périnée. L’accouchement eutocique doit répondre aux conditions suivantes :

La dilatation 

C’est la première phase de l’accouchement, la plus longue, correspond à la phase de dilatation du col de l’utérus, grâce aux contractions utérines et à la progression du bébé en direction du bassin. On considère qu’une dilatation complète du col de l’utérus est de 10 cm.

Le col se raccourcit progressivement et s’ouvre pour atteindre les 10cm, pour former enfin avec l’utérus un canal unique, la sage-femme peut contrôler ça à l’aide d’un toucher vaginal et cela se fait en 3 étapes :

  • La phase de latence : les contractions deviennent régulières, augmentent en intensité, et elles permettent au col de ramollir et se raccourcir jusqu’au 3-4 cm. En général c’est la phase la plus longue ;
  • La phase active : les contractions deviennent plus rapprochées, plus longues et plus intenses, qui permettent au col d’arriver à 7-8cm de dilatation ;
  • La phase de décélération (ou de désespérance), c’est la plus courte mais la plus difficile car les contractions sont plus intenses et très rapprochées et laissent peu de répit à la maman. Le col arrive à dilatation complète et le bébé entame sa descente.

L’expulsion

A cette phase la poche des eaux est rompue et le bébé commence à pousser sur le périnée, déclenchant alors chez la maman le réflexe de poussée. Le faisceau musculaire périnéale va être étiré par la tête du fœtus, et une fois cette dernière sera enserrée, la future maman doit arrêter de pousser, afin d’éviter une déchirure du périnée, et le gynécologue ou la sage-femme commence à guider la sortie de la tête, il la dirige vers le bas ensuite vers le haut pour libérer une épaule puis l’autre. Le reste du corps suit ensuite très vite.

La délivrance

Enfin 15 à 20 minutes après la naissance, il y a le décollement et l’expulsion du placenta, des membranes et du cordon ombilical, cela se déroule en trois étapes :

  • Le décollement du placenta : sous l’effet des contractions, le muscle utérin se rétracte, entraînant le décollement du placenta ;
  • L’expulsion : à l’aide d’une ou de deux poussées de la maman et par la pression de la main de la sage-femme sur le fond utérin, le placenta est expulsé puis vérifier pour s’assurer d’une expulsion complète ;
  • L’hémostase : tous les vaisseaux utéro-placentaires nourrissant au paravent le placenta saignent en se contractant, car l’utérus commence à resserrer ces vaisseaux pour que les saignements s’achèvent, la maman doit rester en salle de naissance sous surveillance pour détecter s’il y a une éventuelle hémorragie de la délivrance, l’une des complications graves de l’accouchement. Si c’est le cas une révision utérine est réalisée en introduisant un contrôle manuel  de l’utérus afin de vérifier qu’il ne reste aucun fragment de placenta ou membranes.

Remarque: On ne peut dire d’un accouchement qu’il est eutocique qu’une fois qu’il est fini.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.