La maladie cœliaque chez les enfants

3

En augmentation inquiétante, les allergies alimentaires sont très divers et peuvent atteindre n’importe quel organe ou partie du corps, elles peuvent même être mortelle: en France 50 à 80 personnes en meurent chaque année, et plus la quantité de l’aliment allergisant ingéré est grande, plus le système de défense de l’organisme (le système immunitaire) réagit de façon adverse à ces aliments, plus l’intensité de réaction augmente.

L’allergie alimentaire est une réaction exagérée du système immunitaire à un composant de l’alimentation (généralement une protéine) qui le considère comme un intrus. La maladie cœliaque est l’une des allergies les plus fréquentes surtout en cas d’antécédents familiaux, elle est déclenchée par la consommation de gluten (protéine) qui induit une inflammation intestinale chronique et une malabsorption.

Le risque serait légèrement plus important si l’enfant naît en été, ou si la vitesse d’introduction du gluten dans la diversification alimentaire est importante.

Différentes formes de la maladie cœliaque

Maladie cœliaque classique

Après quelques mois du début de la diversification alimentaire en introduisant du gluten (entre 6 et 24 mois de vie), la forme classique de la maladie débute. Parmi les symptômes prédominants chez les nourrissons et les petits enfants, on trouve un retard de croissance (une perte de poids et une diminution de la masse musculaire), une stagnation pondérale, une diarrhée chronique, une anorexie, une distension abdominale, une hypotonie, une inappétence et une irritabilité. A cet âge, cette forme de présentation est la plus connue mais les formes moins typiques sont actuellement de plus en plus observées et ne doivent plus être méconnues.

Maladie cœliaque atypique

Les symptômes digestifs sont souvent plus frustres: douleurs abdominales récurrentes avec des nausées, des vomissements et un ballonnement abdominal, diarrhée ou constipation, et ils se manifestent à un âge plus tardif que dans la forme classique.

Une MC atypique peut se manifester exclusivement par des symptômes isolés extra-digestifs : retard de croissance statural, retard pubertaire, anémie ferriprive, troubles de l’émail dentaire. Une élévation des transaminases peut également être observée.

Maladie cœliaque silencieuse ou asymptomatique

Il s’agit d’une découverte fortuite chez un patient d’une entéropathie au gluten sans symptôme, lors d’une endoscopie pour d’autres raisons ou lors d’une recherche systématique chez un certain nombre d’individus à risques actuellement bien connus

Maladie cœliaque latente ou potentielle

C’est quand un patient est  porteur de sérologies positives mais chez qui l’histologie est normale. Ce groupe de patients est à risque de développer une maladie cœliaque plus tard dans la vie.

Le régime des enfants cœliaques

A ce jour, le seul traitement est un régime strict à vie sans gluten, cela est parfois difficile à accepter pour l’enfant et son entourage, notamment en cas de repas en collectivités ou à l’approche de l’adolescence, mais pour éviter les complications à long-terme de la maladie, il faut juste bien se renseigner, être rassurer et avoir confiance en vous et en lui, car une étude récente montre une amélioration globale de leur santé et leur densité osseuse sous régime sans gluten chez 66% des enfants cœliaques suivis , sans qu’il touche leur qualité de vie.

Une  meilleure compréhension du régime à suivre joue un rôle primordial pour vivre tranquillement, je porte à votre connaissance que la tolérance de petites quantités de gluten est variable d’un patient à un autre, mais il faut veiller à éliminer le gluten qui se trouve dans le blé, le seigle, l’orge, le froment, le seigle, l’épeautre, le kamut, le durum, l’engrain, l’amidonnier… et il faut exclure aussi les aliments contaminés du gluten.

Le maïs, le riz, le sarrazin, le millet, l’avoine, la farine de pomme de terre ne contiennent pas de gluten  et peuvent être consommés.

Des farines sans gluten ainsi que d’autres produits (pâtes, biscuits, biscottes, …) sont disponibles sur le marché et dans les grandes surfaces. Ces produits sont reconnaissables à leur logo représentant un épi de blé barré.

suivi des enfants cœliaques

Durant les 3 premiers mois, une intolérance au lactose secondaire est généralement observée et un régime sans lactose proposé juste durant cette période (notamment durant la phase diarrhéique) et une supplémentation en nutriments et vitamines (fer, calcium, zinc, folates, vitamine D,…), comme ça certaines carences peut être corrigése et une muqueuse digestive peut se reconstituer à nouveau.

On constate une amélioration clinique et une correction des carences très rapide en l’espace de 1 à 3 mois.

Il faut toujours garder en tête qu’un mauvais suivi du régime peut s’accompagner chez l’enfant d’un retard de croissance, d’une ostéopénie, et d’une augmentation de l’incidence d’autres maladies auto-immunes.

conseils

Aidez votre enfant à suivre son régime et essayer de lui faire comprendre le principe lorsqu’il commence à  assimiler les choses, dardez confiance en vous et en lui.

Un soutien psychologique peut s’avérer utile surtout en début d’adolescence.

Un PAI est indispensable à l’école, en rassurant les enseignants sur l’absence de risques immédiats liés à une erreur ponctuelle de régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.